Stimulation du nerf vague

Présentation générale

La stimulation du nerf vague est une méthode qui peut être invasive ou non, utilisée depuis longtemps dans la réduction de l’épilepsie chez l’enfant et l’adulte. Elle s’appuie sur le rôle crucial du nerf vague, plus long nerf reliant le cerveau au reste du corps, et jouant un rôle crucial dans la transmission de l’information entre le cerveau et le corps. Elle est utilisée depuis plus de 20 ans en tant que traitement non pharmacologique de l’épilepsie. 

Le rôle du nerf-vague a fait l’objet de nombreuses études récentes permettant de mieux comprendre son rôle et d’étendre le potentiel de la stimulation du nerf-vague. Déjà utilisée pour réduire la dépression, elle est désormais également utilisée pour réduire les troubles autistiques, améliorer la récupération motrice après un AVC…

Des stimulations non-invasives sont désormais possibles grâce une stimulation électrique au niveau du cou ou de l’oreille, et donc plus facilement accessibles aux patients.

Source : compilation de vidéos YouTube (utilisation équitable) - si vous souhaitez supprimer un contenu contactez nous à contact@leneurogroupe.org

Principaux objectifs de la méthode

Stimulation par implants 

  • Méthode invasive mais qui permet une stimulation continue 

  • Un générateur est implenté dans le cou du patient afin de stimuler le nerf vague

  • Cette stimulation est utilisée pour réduire les crises d’épilepsie

Stimulation non-invasive

  • Une méthode non invasive, permettant de générer une stimulation ponctuelle au niveau de l’oreille ou du cou, atteignant le nerf vague

  • Permet d’avoir un contrôle sur le déclenchement des pulsations

  • Permet de stimuler le nerf-vague et de réduire les symptômes liés à l’humeur (comme les troubles dépressifs, anxieux…) et de développer l’engagement social

Spécificités de la méthode

Le nerf vague est l'une des 12 paires de nerfs crâniens qui proviennent du cerveau et font partie du système nerveux autonome, qui contrôle les fonctions corporelles involontaires. Le nerf passe par le cou lorsqu'il se déplace entre la poitrine et l'abdomen et la partie inférieure du cerveau. Il est relié aux fonctions motrices du larynx, du diaphragme, de l'estomac et du cœur et aux fonctions sensorielles des oreilles et de la langue. Il est relié aux fonctions motrices et sensorielles des sinus et de l'œsophage.

 

La stimulation du nerf vague (VNS) envoie des impulsions régulières et légères d'énergie électrique au cerveau par l'intermédiaire du nerf vague, au moyen d'un dispositif invasif semblable à un stimulateur cardiaque, ou d’un dispositif non-invasif portable.


 

Implant

La méthode nécessite en général une opération sous anesthésie générale pour implanter un générateur d’influx dans le corps du patient, au moyen de deux incisions (une dans le cou,  une dans la poitrine). Le générateur est connecté au nerf vague et est programmé par le médecin pour transmettre de manière régulière et intermittente, toute la journée et la nuit, des impulsions électriques de faible intensité, stimulant le nerf vague. Ces stimulations sont censées empêcher les crises, et peuvent être partiellement augmentées ou diminuées par le porteur du générateur au moyen d’un aimant.

Un suivi régulier est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de l’appareil.

 

Une étude a permis également de mettre en évidence l’impact très positif de l’implant sur l’amélioration de la fonction motrice, associée avec une rééducation intensive post-AVC.

 

tVNS

La tVNS se développe en tant que méthode non-invasive, agissant par voie transcutanée, mais ces développements sont encore récents.

Les fabricants des dispositifs, comme Parasym, recommandent en général des séances de minimum 60 minutes à maximum 90 minutes, afin de ne pas rendre la zone de stimulation trop sensible.

 

Il existe d’autres modalités de stimulation du nerf-vague, encore plus naturelles, telles que des exercices de respiration ou de méditation.

A qui s’adresse la méthode ?

La méthode s’adresse historiquement aux enfants atteints d’épilepsies, pour qui les traitements médicamenteux ne fonctionnent pas, et pour qui d’autres formes d’opérations ne sont pas possibles pour quelconque raison.

Elle s’adresse aussi traditionnellement également au traitement de la dépression et à l’amélioration du système digestif.

Plus récemment, cette méthode a connu de nombreux développements prometteurs, par exemple pour traiter les patients victimes d’AVC et les troubles autistiques.

 

Effets secondaires à considérer :

Le générateur modifie parfois la voix de l’enfant (plus grave), peut causer quelques picotements ou douleurs, un souffle court, des maux d’estomac, des nausées, ou plus rarement des écoulements de bave.

Témoignages

« L'opération est faite sous anesthésie générale, pas longue, avec une garde à vue de 24h après. Une nuit à l'hôpital, quoi. C'est à présent mon épileptologue qui s'en occupe. [Mon stimulateur] est relié au nerf par trois petites électrodes qui envoient des impulsions électriques plus où moins fortes à intervalles réguliers. On les sens bien, mais on s'y fait vite. Des fois j'ai la voix qui déraille mais c'est très passager. L'épileptologue règle ça à distance à l'aide d'un petit appareil, style palm, ou IPhone.

Moi je suis réglé à des impulsions de 1,5mA toutes les 3 min. C'est tout à fait supportable. On s'y fait vite :). »

« Nous avons hésité un certain temps avant de faire faire l'opération. Il a fallu accepter l'idée de laisser envoyer une impulsion électrique au cerveau de notre enfant de façon régulière et volontaire, ensuite parce que il n'y a pas de garanti de résultat. Mais comme Théo allait de plus en plus mal, nous avons finalement décider de tenter l'expérience. L'opération s'est bien passée et Théo semble ne pas souffrir. Il ne se plaint pas de douleur ou de gêne. »

Références scientifiques

Vagus nerve stimulation for medication-resistant generalized epilepsy

https://n.neurology.org/content/52/7/1510

Nos résultats suggèrent que le VNS est un traitement efficace contre l'épilepsie généralisée résistante aux médicaments, même chez les patients âgés d'à peine 4 ans.

 

Intérêt de la thérapie par stimulation du nerf vague dans les épilepsies réfractaires - étude au centre hospitalier universitaire de Nancy

https://www.jle.com/fr/revues/jpc/e-docs/interet_de_la_therapie_par_stimulation_du_nerf_vague_dans_les_epilepsies_refractaires_etude_au_centre_hospitalier_universitai_280677/article.phtml?cle_doc=00044865

« La thérapie par SNV semblerait être intéressante puisque, même si son efficacité sur la fréquence des crises n’est pas systématique, elle posséderait un effet bénéfique sur la qualité de vie de certains patients et notamment sur leur état psychologique. »

 

La stimulation du nerf vague (SNV). Une méthode de neuromodulation pour les dépressions résistantes ?

https://www.researchgate.net/publication/265048236_La_stimulation_du_nerf_vague_SNV_Une_methode_de_neuromodulation_pour_les_depressions_resistantes

« Le niveau de preuve de l’efficacité de la stimulation du nerf vague dans le traitement de l’épisode dépressif majeur reste limité compte-tenu notamment des difficultés de mise en place d’essais clinique de grande puissance et de bonne qualité méthodologique. De nombreux arguments théoriques et cliniques suggèrent un intérêt thérapeutique significatif de cette technique innovante dans le champ des troubles de l’humeur sévères et résistants. »

 

Vagus Nerve as Modulator of the Brain–Gut Axis in Psychiatric and Inflammatory Disorders

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpsyt.2018.00044/full

« La stimulation du nerf vague est un dispositif anticonvulsivant efficace et a démontré dans des études d'observation des effets antidépresseurs dans le traitement de la dépression chronique résistante. Comme le nerf vague envoie de l'information aux régions du cerveau qui jouent un rôle important dans la réponse au stress (LC, cortex orbitofrontal, insula, hippocampe et amygdale), il pourrait être un des vecteurs des divers symptômes somatiques et cognitifs caractéristiques des troubles associés au stress, ou avoir un rôle dans leur perception et leur apparition. »

 

Autisme     

Transcutaneous Vagus Nerve Stimulation: A Promising Method for Treatment of Autism Spectrum Disorders

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5247460/

En résumé, la tVNS peut être une méthode prometteuse pour traiter les TSA. Elle a le potentiel non seulement de soulager les symptômes de base des TSA, mais aussi les comorbidités des TSA comme l'épilepsie, la dépression et l'anxiété. En tant que méthode non invasive, peu coûteuse et pratique, sans effets secondaires sur la fréquence cardiaque, la tension artérielle ou la microcirculation périphérique, le VNSt est une option thérapeutique prometteuse pour les TSA

 

Vagus nerve stimulation as a potential adjuvant to behavioral therapy for autism and other neurodevelopmental disorders

https://jneurodevdisorders.biomedcentral.com/articles/10.1186/s11689-017-9203-z

La tVNS associée à la réadaptation s'est révélée être une intervention qui améliore considérablement les déficits sensoriels, moteurs et cognitifs de plusieurs troubles neurologiques. Ici, nous suggérons que le mariage de la tVNS avec une thérapie de réadaptation peut représenter une nouvelle approche potentielle pour améliorer les thérapies de réadaptation actuelles et pour améliorer les résultats fonctionnels des personnes atteintes de troubles neurodéveloppementaux. Le développement significatif de la thérapie tVNS et de son administration peut être limitée par le coût du dispositif, les complications chirurgicales, les effets indésirables et la possibilité que les thérapies comprenant une tVNS ne favorisent pas la guérison chez tous les patients.

 

Rééducation Post AVC

L’Université de Dallas, Texas, a associé la stimulation du nerf vagal à la rééducation physique traditionnelle, et ont précisément programmé la stimulation nerveuse pendant les mouvements du membre affecté. L’équipe a constaté que l’implant vagal doublait l’efficacité de la réadaptation, entraînant une récupération des mouvements deux fois plus importante chez les patients traités.

 

 

 

 

 

 

 

Vagus Nerve Stimulation Paired With Upper Limb Rehabilitation After Chronic Stroke

https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/STROKEAHA.118.022279

Cette étude pilote a montré que la réadaptation jumelée à une tVNS est une intervention sans danger et réalisable acceptable pour le traitement de la faiblesse des membres supérieurs après un AVC ischémique. L'étude a fait preuve de suffisamment de sécurité, de faisabilité et d'efficacité potentielle pour appuyer un essai pivot de plus grande envergure.

Des remarques ou commentaires ?

Ce travail repose sur une approche collaborative de mise en commun de recherches et de l'expérience des familles.

Si vous avez des remarques, des suggestions de modifications ou corrections ou des précisions à apporter merci de nous en faire part par email à contact@leneurogroupe.org

Contactez-nous

Le Neuro Groupe

6 bd du Général Leclerc

92110 Clichy

Ecole Walt

2 rue Dranem

75011 Paris

Pour être tenu au courant par email